PRISE EN COMPTE DES FEMMES, JEUNES ET MINORITES

jeudi, 05 juillet 2018 00:00

Les  Missions citoyennes d’observation électorale de la SYMOCEL et la CEJP reçoivent du 04 au 6 juillet à  Kisangani une formation sur « la prise en compte du genre, des jeunes et des minorités dans l’observation du processus électoral ».

22 observateurs y prennent part, en provenance de Goma, Bukavu, Kindu, Isiro, Kisangani. 

Cet atelier est le troisième du genre, après ceux de Lubumbashi du 05 au 07 juin et de Kinshasa du 19 au 21 juin.

La prise en compte des femmes, des jeunes et des minorités est importance pour tout processus électoral qui se veut inclusif. Les femmes de RDC sont présentes en grand nombre sur les listes électorales, mais elles ont une faible présence sur les listes de candidats et beaucoup d’entre elles ne se rendent pas aux urnes le jour du vote.

Les freins identifiés au cours des différents ateliers de formation sont divers : discriminations et stéréotypes sociaux, violence politique, insuffisante formation et information politique,  coût financier élevé des activités politiques, faible positionnement au sein des partis politiques, éloignement des lieux d’enrôlement et de vote etc. Ces obstacles sont pratiquement identiques pour les jeunes et les minorités, groupes vulnérables et marginalisés comme les personnes vivant avec handicap, les Albinos, les réfugiés, les populations pygmées. 

L’action des OSC et des observateurs citoyens est importante pour lever ces obstacles. Les sessions pratiques des ateliers de Lubumbashi, Kinshasa et Kisangani visent à donner aux observateurs citoyens les outils d’affiner leurs analyses et stratégies d’action sur la façon dont le système juridique congolais intègre le principe d’inclusion et sur les obstacles à la prise en compte du genre dans la conduite des élections.

L’atelier est organisé à l’initiative du PROCEC et facilité par Mmes Cecile Bassomo expert électoral et Julie Lusamba, spécialiste des questions relatives aux Jeunes.