LA SYMOCEL PARTICIPE A L’AUDIT INTERNATIONAL DU FICHIER ELECTORAL

jeudi, 10 mai 2018 00:00

La Mission d’observation Electorale de la Synergie des Missions citoyennes d’observation électorale (MOE SYMOCEL), partenaire du PROCEC, fait partie du comité ad hoc d’audit du fichier électoral de la RDC, conduit par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). La MOE SYMOCEL y est représentée par Mme Rose Mutombo, expert formateur Genre, coordonnatrice du cadre permanent de concertation de la Femme congolaise (CAFCO), et Maitre Sylvain Lumu, expert juriste et électoral, directeur de l’Institut Alternatives et Initiatives Citoyennes pour la Gouvernance Démocratique (I-AICGD).

La MOE SYMOCEL fait partie des 3 organisations de la société civile congolaise désignées comme membres du comité ad hoc mis en place par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), et dans le cadre duquel les experts de l’OIF travaillent étroitement avec les partis politiques (majorité présidentielle et opposition politique), la société civile ainsi que les partenaires techniques et financiers du processus électoral.

Ce comité d’audit comprend 7 représentants de la CENI, 5 experts de l’OIF, et 12 observateurs en raison de 3 représentants de la majorité présidentielle, 3 représentants de l’opposition, 3 représentants de la société civile et 3 représentants de la communauté internationale.

Avec l’appui du PROCEC, la MOE SYMOCEL avait observé en 2017 le déroulement de l’ensemble des opérations d’identification et d’enrôlement des électeurs dans les différentes Aires Opérationnelles de la CENI et noté plusieurs cas de dysfonctionnement opérationnel, d’enrôlements multiples et d’enregistrement de personnes inéligibles, comme des mineurs, des militaires et policiers, ainsi que des étrangers. Les observations et inquiétudes de la SYMOCEL ont été confirmées au regard des statistiques publiées le 06 avril dernier par la CENI, qui a reconnu au moins 6 millions de doublons sur le fichier électoral et a affirmé les avoir extirpés.

La MOE SYMOCEL avait, dans ses recommandations post observations transmises à la CENI et par communiqué de presse en date du 07 avril 2018, préconisé la poursuite du traitement résiduel et un audit indépendant du fichier électoral pour en éprouver davantage la fiabilité. C’est, en partie, chose faite avec la mise en place de ce comité d’audit international.