Renforcer la présence dans les medias

jeudi, 08 mars 2018 00:00

La faible représentativité des femmes dans les instances de prises de décision en RDC - gouvernement, parlement, partis politiques – est souvent évoquée, quoiqu’une avancée significative soit notée au niveau local où plusieurs femmes sont maires, administratrices de territoires, gouverneurs et vices gouverneurs de provinces.

A l’unité de Media Monitoring de la SYMOCEL, mise en place par le PROCEC, notre constat est que cette faible représentativité politique se traduit en faible volume de prise de parole et de temps d’antenne des femmes politiques dans les medias. Ce qui fait qu’on les entend peu sur les questions politiques et électorales importantes comme l’enregistrement des électeurs, le calendrier électoral, la loi électorale, etc. Il est donc important de créer les conditions pour que la congolaise s’implique à fond dans les affaires publiques, pour une représentation non discriminatoire au sein des institutions nationales, provinciales et locales.

Les statistiques montrent également que les medias couvrent l’actualité électorale, mais que cette information n’est pas toujours approfondie pour bien informer les populations sur les différentes phases du cycle électoral. Cela est d’autant plus important que les medias jouent un rôle crucial en période électorale. Ils ont non seulement une influence énorme sur le public en général, mais ils sont aussi indispensables aux électrices et aux candidates, pour leur information, guider leurs choix, faire entendre leurs voix et préoccupations, les rendre visibles et véhiculer leurs propositions pour une RDC meilleure.

Nous appelons donc les médias au respect du principe d’équité du genre dans les différentes émissions et à produire d’avantage d’émissions/articles abordant les questions liées au processus électoral.

Florence Kamana, analyste media/media analyst.